• Catégories

En retard, le secteur de la santé doit prendre conscience des risques et impulser le changement.

By Solenne Durox Une journée Cyber& Santé était organisée le 30 novembre à Rennes dans le cadre de l’European Cyber Week. Les hôpitaux et établissements médico-sociaux accusent un certain retard en matière de protection contre les attaques informatiques. Il y a pourtant urgence à s’en préoccuper quand on sait qu’on évalue à entre 95 et 99 % la dépendance au numérique dans un hôpital selon les services. Les directeurs d’établissements doivent maintenant prendre conscience du risque pour impulser le changement car le nouveau Règlement général de protection des données (RGPD) rendra à partir du 25 mai 2018 les entreprises et établissements de santé responsables des données personnelles qu’ils détiennent.

L’attaque WannaCry qui a mis hors service le service de santé britannique en mai dernier l’a prouvé, la menace cyber est réelle. Le chiffre donne le tournis : entre 3 et 5 millions de nouveaux virus informatiques sont lâchés dans la nature chaque jour. Et pourtant, selon Philippe Loudenot, chef du pôle cybersécurité du Ministère de la santé, le risque n’est pas pris à sa juste mesure.  » Imaginez une attaque cyber sur l’ensemble des hôpitaux de Bretagne, on fait quoi des patients ? », s’est-il interrogé durant la journée Cyber&santé organisée à Rennes Lire la suite

Via: En retard, le secteur de la santé doit prendre conscience des risques et impulser le changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *